Nationaliser la gestion des autoroutes

Pour rappel, l’État a vendu l'ensemble du réseau en 2006 aux groupes Vinci, Eiffage et Abertis pour la somme de 14,8 milliards d’euros. Depuis, les actionnaires de ces entreprises se partagent 1,5 milliards d’euros par an de dividendes. C’est une aberration économique !
Cette situation a d'ailleurs été dénoncée par l’Autorité de la concurrence, dans un avis de 2014 qui met en évidence la "rentabilité exceptionnelle" de ces sociétés estimée, pour l’année 2013, entre 20 et 24%.

Mais comment est-ce possible alors que l’Etat décide des tarifs ?
Tout simplement par des jeux d’amendements au contrat de base qui accorde au concessionnaire une augmentation supplémentaire pour compenser les coûts d'investissement engagés.

Alors que la prochaine hausse des tarifs va intervenir en février 2019, et qu’elle est déjà annoncée comme exceptionnelle, il faut nationaliser au plus vite la gestion des autoroutes.

Avec cette mesure, les 1,5 milliards par an gagné par l’Etat, et non par des entreprises privées, pourraient servir :
- A réduire les coûts pour les usagers,
- A nourrir le budget général déficitaire,
- A investir dans la mise en place de transports propres.

Proposé par Leslie dans Transport et mobilité Mis en favoris par 7 personnes
95%
3000 caractères maximum
2018 Bifrost v1.0 - À propos du site